site jc massera
go-english
en ce moment notes livres formes courtes images piËces sonores scene cool stuff f.a.q. contact
         
  bt retour Le Parc Des Distanciations

Création for Le Festival des Fabriques, Parc Jean-Jacques Rousseau, Ermenonville - 2014.


Un lieu de ressourcement et de re-création, voilà une condition contemporaine du jardin dont s’empare Jean-Charles Massera à travers Le Parc des Distanciations. Cinq textes inédits, portés par cinq comédiens-performeurs de renom, viendront rappeler que même au jardin, on n’oublie pas la rentabilité, que l’on se veuille jogger, rêveur ou esthète. Dépositaires actifs de l’humour désabusé et mordant qui caractérise le travail de Jean-Charles Massera, les performers emmèneront les visiteurs, individuellement ou en groupe, vers une possibilité du jardin, et tout autant vers leurs propres impossibilités. Un cadre sup déprimé prend conscience de son déterminisme culturel, une femme en barque se sent devenir elle-même peinture de paysage, voire figurante dans l’histoire de l’art, voire objet tout court… Ex-DRH d’un parc en Bavière, Nadine D. vous emmène vers la Cabane de Jean-Jacques Rousseau, au Désert, lieu mythique et tribune inespérée pour haranguer l’amateur de révolution sociale. Un jogger relou traversé de paradoxes, accoste aisément le beau sexe tout en déplorant l’inégalité des genres. Vous croiserez aussi une executive woman passablement stressée, qui découvre qu’être bien dans ses baskets peut s’avérer l’objectif inatteignable, même pour la crème des battantes. Se distancier d’une condition contemporaine, se faire piéger par un stéréotype, comme lieux communs, aussi, de la promenade en jardin. Welcome au parc des distanciations. Le PDD (les cinq tableaux vivants) :

LE CADRE SUP DÉPRESSIF EN VOITURETTE DE GOLF

LA RAMEUSE QUI SE POSE DES QUESTIONS

AINSI PARLAIT NADINE D.

LE JOGGER RELOU

L’EXECUTIVE WOMAN QUI DÉSTRESSE

Le PDD (le principe) : Les comédiens et les comédiennes ont un "texte" précis, mais la façon dont ils et elles le jouent - qui est celle de la discussion (et non du "jeu" au sens traditionnel) - permet aux visiteurs et aux visiteuses d’entrer dans la discussion s’ils ou si elles le souhaitent. Cette possibilité impliquant d’éventuelles improvisations, dérives, dans l’esprit et le ton du texte et de l’auteur (de fait plusieurs scénarios possibles ont été envisagés et travaillés lors des répétitions). Enfin, le jeu devait également s’adapter aux "événements" pouvant survenir dans le parc (entrée dans le champ de vision d’un animal, d’un avion, de passant(e)s, etc. Là encore, plusieurs scénarios ont été travaillés, mais la capacité d’improvisation des comédien(ne)s dans le style et le ton du texte de départ restait essentielle. Écriture et mise en scène : Jean-Charles Massera. Interprètes : Christophe Brault (le cadre sup), Nadine Darmon (Nadine D.), Emmanuelle Lafon (l’executive woman), Marion Lubat (la rameuse), Pierric Plathier (le jogger relou). Son : Vladimir Kudryavtsev et Jean-Charles Massera. Production : Parc Jean-Jacques Rousseau – Création 2014. Le Parc des distanciations a été créé en 2013-2014 lors d’une résidence de l’auteur au parc et joué pour la première fois dans le cadre du Festival des Fabriques dans le Parc Jean-Jacques Rousseau d’Ermenonville, les samedi 7 et dimanche 8 juin et les samedis 14 et dimanche 15 juin 2014. Crédits photos : Marc Domage